Organisations supporting media development and the protection of freedom of information launch a message of support for Burkinabè media

September 24, 2015

The organisations signing this communiqué, all currently engaged in supporting and accompanying Burkinabè media, wish to congratulate Burkina Faso media – and more broadly the people of Burkina – which have shown the greatest courage in recent days when they were seriously threatened.

Despite pressure, threats and attempts to silence them and to prevent them from freely exercising their work of providing fellow citizens with news and information, Burkinabè journalists and media continued to broadcast credible and independent information, notably with their presence on social media, when possible. Alongside them, civil society actors and human rights activists – who were also seriously harassed since the beginning of the coup – took over the internet and the streets to protest against this blow to the democratic transition, which had started after the popular uprising of October 30 and 31, 2014.

CFI, Deutsche Welle Akademie, Fondation Hirondelle, International Media Support, Internews and Reporters Without Borders wish to again express their support for their partners, all engaged in defending the current transition in their country, especially since the beginning of the crisis. We are with them and encourage them to continue their mobilization and to inform citizens in an independent manner.

We also condemn all forms of violence and threats made against the media and their staff, human rights advocates and Burkinabè citizens.

Here is a list, unfortunately not exhaustive, of abuses carried out against the media and journalists in recent days:

  • The shutting down of transmitters of several radio stations across the country;
  • The radio Omega FM’s motorbikes set on fire in Ouagadougou;
  • The pillaging of radio Savane FM’s equipment (including transmitter and computers) in Ouagadougou;
  • The ransacking and burning of Radio Laafi in Zorgho (a hundred kilometers east of Ouagadougou);
  • Shootings at Mogtedo and Goudri radio stations;
  • An attack on the television station BF1 in Ouagadougou;
  • The taking over of the Radio Television Burkinabè (RTB) by the RSP;
  • The beating of a photographer with the online newspaper Lefaso.net and a journalist with Burkina24.com near the premises of the BF1 television station;
  • The assault of a journalist from the newspaper Sidwaya and the destruction of his camera;
  • The shooting of a correspondent in Ouagadougou for the newspaper Sidwaya in Bogandé;
  • The physical assault of the editor in chief of Le Pays in Ouagadougou;
  • Threats and intimidation against of several journalists;
  • Surveillance of homes and workplaces of several journalists and media managers;
  • The seizure of two cameras and a car from Droit Libre TV and attacks on several of their reporters.

List of Signatories:

  • CFI – Agence française de coopération médias
  • Deutsche Welle Akademie
  • Fondation Hirondelle
  • International Media Support
  • Internews
  • Reporters Without Borders

French version of the letter

« Les organisations signataires de ce communiqué, toutes engagées dans le soutien et l’accompagnement des médias burkinabè, souhaitent féliciter d’une seule voix les médias du Faso – et plus largement le peuple burkinabè  - qui ont fait preuve du plus grand courage ces derniers jours alors qu’ils étaient gravement menacés.

Malgré des pressions, menaces et tentatives de musèlement à leur encontre pour les empêcher d’exercer librement leur métier d’information auprès de leurs concitoyens, les journalistes et médias burkinabè ont continué à diffuser de l’information crédible et indépendante notamment par leur présence sur les réseaux sociaux, dès lors que les connexions internet le permettaient. A leurs côtés, les acteurs de la société civile et militants des droits de l’Homme, pourtant sérieusement harcelés depuis le début du putsch, se sont emparés de la Toile et de la rue pour protester contre ce coup porté à la transition démocratique, qui avait débutée après l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

CFI, Deutsche Welle Akademie, la Fondation Hirondelle, International Media Support, Internews et Reporters sans frontières souhaitent témoigner à nouveau de leur soutien à leurs partenaires, tous très impliqués au quotidien, et plus particulièrement depuis le début de la crise, pour défendre la transition en cours dans leur pays. Nous sommes à leurs côtés et les encourageons à poursuivre leur mobilisation et à informer de façon indépendante les citoyens.

Nous condamnons par ailleurs toutes les formes de violence et de menaces exercés à l’encontre des médias et de leurs équipes, des défenseurs des droits de l’homme et des citoyens burkinabè.

Voici une liste, malheureusement non exhaustive, des exactions menées à l’encontre des médias et des journalistes ces derniers jours :

  • l’arrêt des émetteurs de plusieurs radios à travers le pays ;
  • l’incendie de motos à la radio Oméga FM à Ouagadougou ;
  • l’enlèvement du matériel de la radio Savane FM (émetteur et ordinateurs compris) à Ouagadougou ;
  • le saccage et l’incendie de la radio Laafi à Zorgho (à une centaine de km à l’est de Ouagadougou) ;
  • des tirs sur les radios de Mogtedo et Goudri ;
  • la violation des locaux de la télévision BF1 à Ouagadougou ;
  • le control de la Radio Télévision Burkinabè (RTB) par le RSP ;
  • le passage à tabac d’un photographe du journal en ligne Lefaso.net et d’un journaliste de Burkina24.com à proximité des locaux de la télévision BF1 ;
  • l’agression physique d’un journaliste du quotidien Sidwaya et le saccage de son appareil photo ;
  • le correspondant du quotidien Sidwaya à Bogandé touché par balle à Ouagadougou ;
  • l’agression physique du directeur général des éditions Le Pays à Ouagadougou ;
  • les menaces et intimidations à l’endroit de plusieurs journalistes ;
  • la surveillance des domiciles et des lieux de travail de plusieurs journalistes et responsables de médias
  • deux caméras et une voiture de Droit Libre TV saisies et plusieurs de leurs reporters brutalisés.